La relance verte, oui mais comment?

La relance verte, oui mais comment?

Dans sa chronique du Monde, l’économiste Thomas Piketty estime que l’arrêt économique doit être mis à profit pour réfléchir à une relance par des investissements dans des secteurs clés comme la santé et l’environnement.

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/05/09/apres-la-crise-le-temps-de-la-monnaie-verte_6039129_3232.html

L’argumentation proposée reprend plusieurs points que nous exposions dans un précédent post. Ainsi, il partage notre sentiment que la crise sanitaire engendrée par le Covid-19 ne précipitera l’adoption d’un nouveau modèle de développement, plus équitable et plus durable que si plusieurs conditions sont réunies.

Première condition. Partager la conviction que l’économie doit être mise au service d’objectifs sociaux, écologiques et nous ajouterions, territoriaux.

Seconde condition. Accepter de redonner à la puissance publique, nous ajouterions réorganisée, son rôle moteur : “il faut le faire en investissant dans de nouveaux secteurs (santé, innovation, environnement), et en décidant une réduction graduelle et durable des activités les plus carbonées. Concrètement, il faut créer des millions d’emplois et augmenter les salaires dans les hôpitaux, les écoles et universités, la rénovation thermique des bâtiments, les services de proximité” (www.manavao.com)

Troisième condition. Accepter un financement par la dette. Quoi qu’il en coûte. “une dette commune dotée d’un seul et même taux d’intérêt afin de ne pas soumettre ce financement aux aléas des marchés financiers.”

Il faut assumer le fait que la création monétaire serve à financer la relance verte et sociale, et non à doper les cours de Bourse

Il rappelle que le gouvernement espagnol a proposé un émission de dette commune à hauteur de 1000 à 1500 milliards d’euros (environ 10% du PIB européen) et qu’elle soit pris en charge par la Banque Centrale Européenne à très long terme. Selon lui, cette proposition est cohérente au vu de la faiblesse de l’inflation.

Il conclut sa chronique de manière ironique en évoquant “ceux, à Bruxelles, qui évoquent des chiffres faramineux sur le Green Deal sans proposer de financements” et qui ne grandissent pas la politique“.

Au final, il a raison de rappeler que “l’Europe court un danger mortel si elle ne montre pas à ses citoyens qu’elle est capable de se mobiliser face au Covid au moins autant qu’elle l’a fait pour ses banques.

L’équipe Manavao© – 12 mai 2020 – La proximité est source de prospérité

#Coronavirus #futur #climat #noussommesdemain #durable #responsable #fractures #territoires #smarteconomysolutions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *